Esther Tellermann

from Sous votre nom 

Sous les roches

eau devint

    cristal

douleur

    agate

et tu devins

    intaille

je sais

j’avais voulu

    te recueillir

ne laisser advenir

    l’aveugle

         chair

 

comme veine ouverte.

*

    C’est vrai

    je voulais

épuiser ma cendre

    ou peut-être

    une nostalgie

des forêts

    des silences

où s’enfouissent

les morts que séparent

    les voix.

Nous voici

    étrécis dans

    le bleu

    où sombre

    ce qui

         chante.
 

*

Peut-être

t’avait-il prêté

         le double

d’un matin ?

D’autres façons de

boire la lumière ?

Des essaims de chiffres

    là     où

je dormais

    dressèrent

les lunes

    à l’intérieur

    du soleil.

*

J’eus

         besoin

je n’eus

         rien

dédié.

Qu’avais-je su de

l’ombre

         de la terre ?

Brassées de corolles

de voiles et de

    portes     et

chaque trace

    mesurable

quelque chose encore

    embrase

         la durée.

*

Qu’importe     temps

a blanchi la cerise

elle ne s’éteint

regarde

de toute part

venait le mot

qui me berce et

m’éveille     et me

         nomme.

Click here to return to Michael Sohn's translations.

THE COURTSHIP OF WINDS

© 2015 by William Ray